PRAY FOR ME -- PRIEZ POUR MOI -- OREN PARA MI

Visit the prayer log and add your intentions.

Visitez le carnet de prières et ajoutez-y vos intentions. Ici se trouve le lien.

Visiten el cuaderno de oraciones y anoten sus intenciones. Llamenlo clicando aqui.

mercredi 22 mai 2013

POURQUOI PLEURES-TU, MAMAN?

Nous avons commencé à nous entraîner à porter l'Évangile aux familles qui ont subi le traumatisme de perdre un être cher à travers d'un homicide. Il y a environ un mois, nous avons eu une messe spéciale pour ces familles. C'était la première fois dans l'histoire de la paroisse que cela n'avait jamais été fait. L'église était pleine. Quarante familles sont venues avec des photos de leurs fils, filles, mères, tantes, oncles, père, etc.  Ils sont venus et ils ont allumé une bougie à la flamme du cierge pascal.  De la ils annoncèrent le nom du défunt, attendu pour que la magnifique cloche de l'église  sonner son tocsin, puis ils placèrent leur chandelle au pied du cierge pascal.
Durant tout cela, je n'ai jamais pensé à la Pietà. Je pensais à Notre-Dame de La Salette.  Je pensais combien approprié cette liturgie était  à l'époque ou nous sommes.  C'était aussi le temps juste après le bombardement a Boston quand le petit garçon, Martin Richard, 8 ans, est mort dans l'explosion de la bombe. Il était tellement normal pour moi d'avoir la mère éplorée de La Salette dans mon esprit et dans mon cœur.

Il ya deux semaines, nous avons commencé à préparer la Foire des ministères exerces dans notre paroisse. C'est un moment où tous les dirigeants et les aides de la paroisse se réunissent devant l'église, installé dans des stands avec table et répondent aux questions des paroissiens qui sortent de l'église et leur offrent l’opportunité de se joindre aux ministères qui sont nécessaires pour donner un impact  a la vie spirituelle de l'église du monde. Le stand La Salette abritait le tableau fourni pour le nouveau ministère donne au soin des familles qui ont perdu un être cher par les mains d'un autre être humain. Belle et moi nous demandions quelle image que nous allions utiliser comme symbole pour ce ministère unique?  Isabel et moi avons prie et  pensé à ce sujet et après un certain temps nous avons décidé que l'image de la Pietà qui partage un espace dans notre maison avec la Mère de La Salette en pleurs serait une bonne source d'inspiration pour les visiteurs du stand et pour les nouveaux ministres qui se préparent à faire de ce ministère le leur.
Dimanche matin arrive.  C'est le dimanche de la Pentecôte.  L'église est pleine à chaque Messe, à l'exception de celle de 6:30 AM, bien sûr. Après une des messes, je suis sorti de l'église après avoir offert quelques minutes à Dieu entre les conversations avec les membres potentiels de la communauté laïque de La Salette.  Qu'est-ce qui m'a frappé?  Là, juste en face de moi était la Mère de Dieu tenant son enfant mort. Elle, massive, impressionnante, calme, forte, douce et, pas une seule larme aux yeux, ni sur la joue. Ce coup spirituel fut une langue de feu qui m'a allume la mèche du cœur.

Marie n'est pas connu pour ses pleures. Les évangiles nous montrent Jésus en pleurs par deux fois. Marie, pas même une fois. Tout au long de l'histoire iconographique, pleurs Mary en pleurs n'est pas la norme. Mais, à La Salette, c'est son attitude larmoyante qui est en plein écran. Marie pleure pour lui, pour son Fils. Marie pleure de frustration que nous nous avons pas donne en docilité a son fils comme nous le devrions. Michel-Ange lui,  nous montre la force maternelle portant le Sauveur du monde sur ses genoux. Pas une larme en vue. À La Salette, Maman perd son calme et pleure pour l'abus que l'on donne constamment à son Fils.  Elle pleure de frustration pour la plaidoirie constante qu'elle est contrainte à faire pour nous,  et pour si peu de résultat. Elle pleure pour la vraie flagellation que son fils reçoit de la part de notre volonte  pécheresse. C'est ce qui lui fait mal. Il lui a fallu tous ces siècles avant qu'elle ne puisse se montrer à ses enfants dans un tel état désole.
Sur cette seule journée, sous le soleil chaud de la Californie du Sud, dans le patio d'une paroisse sous  l’égide de ses missionnaires spéciaux, Mary était forte et aux yeux secs d'un côté et forte et affirmée à travers de ses larmes de l'autre. Cette paroisse a le soutien spirituel dont il a besoin pour mettre cette nouvelle forme de ministère à grande réalisation pour le confort des victimes et pour la plus grande gloire de notre père céleste.